CONATEL

Conseil National des Télécommunications

La Transition de la Télévision analogique vers la Télévision numérique en Haïti

Le monde de la télévision est en pleine mutation technologique. La technologie analogique, fondée sur l’acheminement des signaux variant continûment dans le temps, cède la place à la technologie numérique pour laquelle les signaux changent parmi un nombre fini de niveaux. L'une des vertus de la technologie numérique est l'intégration peu coûteuse des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) permettant la reproduction plus exacte des images et des sons.  La transition de la télévision analogique à la télévision numérique relève d'un consensus international entre les pays autour d'une nouvelle organisation de la programmation, de la transmission et de la diffusion de la production audiovisuelle sous l'égide de l'Union Internationale des Télécommunications, (UIT). Elle implique les décideurs politiques, les régulateurs, les opérateurs et les fabricants d’équipements du secteur des télécommunications.

Cette profonde transformation du paysage audiovisuel mondial est incontournable. Nous assistons à la disparition d'un système de télévision et à la naissance d'un autre. Un fait est donc indéniable : la transition se fera sans ou avec la participation d'Haïti. Tous les pays ont le regard sur la datée du 17 juin 2015, le grand rendez-vous souhaité mais non imposé pour l’achèvement intégral de la transition. En effet, au cours de sa Conférence régionale des radiocommunications de 2006 (CCR-06) à Genève, l’UIT a adopté un traité (Accord GE06) incluant un plan de fréquences pour le service de radiodiffusion de terre et fixant la date du 17 juin 2015 pour l’arrêt des émissions analogiques. Applicable à cent seize (116) administrations des régions 1 et 3 (à l’exception de la Mongolie et de la République Islamique d’Iran) dans les bandes 174-230 MHz et 470-862 MHz, cet accord s’est imposé au monde entier notamment au cours des conférences mondiales des radiocommunications de 2007 et 2012.

En conséquence, par-delà l'incontournabilité de la transition, une double question fondamentale se pose et s'impose à l'État haïtien : doit-il subir la transition ou s'y embarquer dans son propre intérêt ? C’est dans cette optique que le Gouvernement intervient. Haïti doit faire la transition. Son raisonnement s'appuie sur trois logiques : (1) adhérer à la dynamique internationale en faveur de la transition selon les recommandations de l’UIT ; (2) éviter de ne pas plonger le pays dans l'autarcie technologique ; et (3) réussir la transition, c'est-à-dire la réaliser dans l'intérêt des opérateurs, des consommateurs, de l'État et, par-dessus tout, de la société haïtienne.

La création, par l’Arrêté du 9 juillet 2013, du Comité Interministériel sur la Migration vers la Télévision Numérique (CIMTN) composé de six (6) Ministre et présidé par le Premier Ministre affirme la ferme volonté du Gouvernement d’œuvrer en vue de la réussite du processus de transition. Ledit Arrêté prévoit un Secrétariat Technique formé de représentants des Ministre faisant partie du CIMTN et un groupe de travail sectoriel (GTS) chargés de préparer les décisions de politiques publiques qu’aura à prendre le CIMTN. Dans la même veine, le standard américain ATSC (Advanced Television System Committee) a été adopté pour la Télévision numérique terrestre (TNT) en ondes claires.

De ce point de vue, mesurant tous les enjeux de la transition et accompagnant toutes les parties prenantes, l’Etat haïtien fait de la transition un puissant levier de progrès technologique et une opportunité pour la modernisation du paysage audiovisuel et sa reconfiguration ordonnée.

Les enjeux de la transition

C’est inévitable : la télévision analogique sera remplacée par la télévision numérique. Cette  révolution technologique mondiale touche toute la chaîne de la télédiffusion, de la production de contenus audiovisuels, en passant par la transmission, jusqu’à la réception.

Nombre de pays ont déjà complété la transition, d’autres ont déjà planifié et fixé des délais pour l’assurer. Au-delà la date indiquée pour la transition, les systèmes de télévision analogique ne pourront plus demander de protection et ne devront pas causer d’interférences inacceptables. Les fournisseurs d’équipements de radiodiffusion ont aussi fixé des délais pour ne plus continuer à fabriquer des équipements de production, de stockage de contenus et de transmission de signaux de télévisions analogiques. Les radiodiffuseurs prestataires de services analogiques auront une disponibilité réduite d’équipements et de contenus analogiques qui sont appelés à disparaitre à travers le temps. De ce fait, le passage à la télévision numérique deviendra un impératif pour tous les pays.

L'un des enjeux majeurs de la transition vers la télévision numérique est de faire bénéficier au pays le dividende numérique : les fréquences valorisantes qui seront libérées après le passage intégral à la télévision numérique et attribuées aux réseaux de télécommunications mobiles de quatrième génération (4G).

D’autres enjeux politiques, techniques, culturels et socio-économiques sont aussi à considérer pour tenir compte de la dimension multisectorielle de la transition et s’articulant autour de quatre (4) principaux aspects :

1)    Politique: la transition nécessite la mobilisation des instances décisionnelles supérieures de l’Etat pour l’adoption et la mise en œuvre de politiques publiques appropriées au contexte spécifique de cette transition ;

2)    Technologique: le socle de la transition est technologique car elle requiert la mise en place de nouvelles infrastructures, lesquelles sont indispensables aux services de radiodiffusion de meilleure qualité fondés sur de nouvelles normes établies ;

3)    Economique: les coûts énormes liés, d’une part, au remplacement des infrastructures existantes ainsi qu’à l’adaptation des équipements terminaux de réception sur l’ensemble du  territoire, et, d’autre part, au pilotage du programme de transition en terme de ressources humaines, matérielles et financières allouées à la sensibilisation de la population et aux mesures d’accompagnement ;

4)    Social : conformément au chapitre IV du décret du 12 octobre 1977 régissant les services de télécommunications en Haïti, la radiodiffusion est un service d’information d’intérêt public pour la diffusion des valeurs dans la société. C’est donc un espace d’information, de divertissement et d’éducation, un véritable instrument d’épanouissement social accessible à tous à travers le territoire national.

 

La transition : une responsabilité nationale

La transition de la télévision analogique à la télévision numérique est une obligation nationale assortie d'une échéance internationale. Elle s’impose :

(i)             d’abord à l'État qui a l’obligation de :

a)      concevoir et planifier dans l’intérêt général la nouvelle configuration du paysage audiovisuel résultant de cette mutation technologique ;

b)    Adopter les politiques publiques appropriées pour sa réussite ;

c)     promouvoir la diversité et la vertu morale et intellectuelle des programmes d'information, de divertissement et de formation ;

d)    faire des provisions légales et règlementaires pour le nouvel environnement audiovisuel ;

e)     prendre des mesures économiques d’accompagnement nécessaires ;

(ii) aux opérateurs qui doivent exploiter à fond les nouvelles technologies numériques à travers l'amélioration continue des services et programmes offerts à la population ; 

(iii) aussi à tous les citoyens qui sont tenus de s'informer des enjeux de la transition et de se mobiliser autour de ce grand projet national afin qu'il soit un succès pour tous et avec tous.

Tout en offrant d’immenses possibilités aux populations, la TNT pose aussi des défis de taille pour les différents acteurs. Son avènement permet aux usagers de jouir d’une meilleure qualité d’images et de sons, d’interagir avec les plateformes de diffusion et de bénéficier de nombreux programmes et de nouveaux services. Toutefois, sa mise en œuvre requiert des efforts importants de planification et de d’adaptation au nouvel environnement et des moyens financiers substantiels auxquels les parties prenantes ne s’attendaient pas. Aussi, le gouvernement, les opérateurs, le monde des affaires et le public en général doivent-il coopérer et consentir les efforts nécessaires, chacun en ce qui le concerne, pour réussir le passage au numérique.

Stratégie de la transition

Le CONATEL a élaboré une stratégie pour une transition réussie en Haïti. Cette stratégie détermine, avec la feuille de route associée, les objectifs à atteindre, la marche à suivre, les grandes orientations à donner à l’audiovisuel haïtien, les décisions d’encadrement, les principales phases du travail et les critères de réussite de la transition.
La vision et les objectifs de la transition

Vision

Développer des contenus nationaux pertinents et transformer l’environnement audiovisuel du pays pour en faire un outil de modernisation et de développement socio-économique.

Objectifs

Les décisions de politiques publiques relatives à la transition visent particulièrement à :

1)    reconfigurer et recadrer le paysage audiovisuel pour répondre aux exigences de la mutation technologique ;

2)    assurer un accès juste et équitable sur l’ensemble du territoire national aux bénéfices offerts par la technologie numérique à travers la disponibilité des programmes et l’accessibilité aux équipements de réception ;

3)    promouvoir le développement d’une industrie audiovisuelle et la production de contenus nationaux s’inspirant du patrimoine culturel et historique et des valeurs socio-culturelles haïtiennes ;

4)    libérer une partie du spectre allouée actuellement à la radiodiffusion télévisuelle pour l’utiliser dans le déploiement des réseaux de quatrième génération (4G).

 

Les grandes lignes d’une politique stratégique de transition

La migration haïtienne vers la télévision numérique se base principalement sur les lignes directrices de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) reproduites dans le document intitulé : « Recommandations sur les politiques, la réglementation, les technologies, la sensibilisation des acteurs et la planification opérationnelle pour assurer le passage en douceur à la télévision numérique ». Elle prend aussi en compte les enseignements tirés des expériences de pays qui ont déjà réussi la transition ou en sont en plein processus.

Ces grandes orientations nous ont permis d’élaborer une stratégie nationale cohérente de migration et une feuille de route claire et précise qui détermine le cadre et les principales étapes pour la planification des activités du programme de transition. La stratégie priorise une approche intégrée qui tient compte de la transition dans tous ses aspects : politique et réglementaire, infrastructurel, sensibilisation de la population, économique et financier, contenus et programmes. Elle s’articule autour des cinq (5) grands axes suivants:

1)    Appropriation nationale de l’agenda de la transition dans ses aspects politiques et  réglementaires ;

2)    Campagne nationale de communication et de sensibilisation autour de la transition ;

3)    Planification infrastructurelle du processus de migration;

4)    Etablissement du cadre de développement de contenus et de programmes nationaux;

5)    Evaluation économique du processus et des mesures éventuelles d’accompagnement;

Etat d'avancement  du processus de Transition vers la Télévision numérique

Le CONATEL, en tant qu’instance de régulation, dans le cadre de son action en faveur du développement de la radiodiffusion en Haïti, a planifié minutieusement la transition vers la télévision numérique en tenant compte des retombées socio-économiques d’une mutation technologique réussie.

Le 17 juin 2015 marqua pour Haïti  la fin de la phase conceptuelle du passage de la télévision analogique à la télévision numérique.

Le déploiement de l’infrastructure TNT se fera en trois étapes :

a.     Une phase pilote au cours de laquelle une station de démonstration de la TNT sera installée et opérationnalisée à Port-au-Prince;

b.     Une deuxième phase où les plateformes de diffusion de la TNT seront installées progressivement dans les zones de couverture déterminées et les stations analogiques actuelles devront migrer vers la plateforme de diffusion désignée par le Conatel. Une période de cohabitation est nécessaire pendant laquelle les stations de télévision analogiques existantes continuent à émettre, ceci en ‘Simulcast’ avec les plateformes numériques opérationnalisées;

c.     Au cours de la dernière phase, une date limite sera fixée pour l’abandon définitif de la télévision analogique. Tous les ménages devront moderniser leurs postes en s’équipant de récepteurs numériques ou de boitiers décodeurs assurant la conversion au numérique avant l’abandon définitif de la télévision analogique.

La campagne de communication du public entamée sera renforcée dans le but de sensibiliser la population sur l’imminence de l’extinction des émissions analogiques et sur le besoin de se préparer à recevoir les signaux numériques.

Expérience pilote de Télévision numérique en Haïti

Avant d’entamer l’étape de mise en œuvre effective, il convient de mener une expérience pilote de télévision numérique terrestre (TNT) à Port-au-Prince pour permettre aux différents acteurs du secteur d’avoir une meilleure compréhension des enjeux et en tirer les enseignements qui favorisent une Transition Numérique Terrestre réussie en Haïti. A cet effet, le CONATEL, à travers son Organe Exécutif, collabore avec la RTNH, opérateur de service public, pour l’exécution de ce projet. 

Cette expérience permettra d’évaluer les paramètres techniques de télédiffusion numérique quant à la couverture, la qualité de réception et les niveaux de brouillage, de sensibiliser des acteurs sur la faisabilité du projet de transition vers la télévision numérique et d’analyser le comportement de  la population pouvant capter les signaux de la TNT.

Transition de la Télévision numérique à Port  - au- Prince

Des négociations sont actuellement en cours en vue du financement, de la mise en place et de la gestion  de la plateforme de diffusion de la TNT à Port-au-Prince. Cette infrastructure assurera la diffusion des programmes de l’ensemble des chaines de TV en ondes claires à Port au Prince.

En conclusion, la Télévision numérique est un passage obligé résultant d'une mutation technologique mondiale. En dépit des retards enregistrés dans le processus, les acteurs travaillent résolument  pour faire de la Télévision numérique une réalité en Haïti dans un délai acceptable.

 

/ Actualités

L’ÉTAT DE L’ÉCONOMIE DE LA CULTURE EN HAÏTI ET DANS LA CARAÏBE Économie de la culture. Je l’encapsule dans la nouvelle spécialité de la science économique : l’étude de la manière dont les peuples et les individus exploitent les héritages ancestraux et naturels, et produisent, organisent,...
AVIS D'APPEL A CANDIDATURE N° CNT-17-AC-01 DU 10 JUILLET 2017 Dans le cadre de l’exécution de son budget 2017-2018, le Conseil National des Télécommunications (CONATEL) souhaite mettre à jour sa base de données des fournisseurs agréés pour lui permettre de renforcer son mécanisme de bonne...

Programme de Scolarisation Universelle Gratuite Obligatoire (PSUGO)

Recette collectée pour la période
15 juin 2011 - 09 mars 2017
USD 142,263,932.38

Plus de détails

/ twitter

/ restez-connectés

   

Image de sensibilisation